Portrait par Hélène Caure

Pascal Pilate est un grand “bon-homme”. Et il n’est pas facile de faire son portrait, d’arriver à mettre en mots communs toutes ses grandes facettes. Le résumé ne lui sied pas. Enfermer ce personnage dans des formules toutes faites, se révèle une entreprise ardue !

Physiquement, je vous le certifie c’est un homme, grand.
Il s’avère qu’humainement aussi, c’est un grand ! C’est sans doute le plus important; c’est dans tous les cas de figures, ce qu’il y a de plus attachant.

Au premier contact face à lui, vous serez je n’en doute pas, enveloppé d’un sentiment rassurant, diffus mais palpable. Car rassurant, il l’est.
Mais pas seulement.
Vous le trouverez ouvert, attentif, sensible, généreux, inventif, confiant, patient. Ses qualités se dévoilent insensiblement lorsqu’il vous écoute; la confiance venant s’insinuer comme le trait d’union de tout.
Il vous procure la satisfaction qu’il est là pour vous. Mieux, qu’il est là pour vous faire du bien. Et ça, c’est vrai, il le fait plus que bien.
Primordial pour un thérapeute ? Oui mais un tel thérapeute n’est pas toujours facile à dénicher car ce genre de pierre cachée se fait rare.

Le plus rassurant avec Pascal Pilate, c’est qu’il sait maintenir cette confiance particulière sur du long, très long terme. Cela lui vaut la fidélité de ses patients auxquels il est lui-même fidèle lorsqu’il leur offre la parole et leur donne les moyens de maintenir eux-mêmes leur équilibre de vie.

- La carrière de Pascal Pilate débute en 1978 quand il obtient son diplôme d’état de kinésithérapie. Après deux années de voyages et d’exercice à l’étranger où sa curiosité le mène à découvrir d’autres approches thérapeutiques, il crée un cabinet de groupe à Paris. Il se passionne rapidement pour l’ostéopathie. Tout en exerçant en libéral, il poursuit des études. Il obtient dans un premier temps un certificat de Thérapie Manuelle en France au bout de trois ans. Il poursuit son cursus ostéopathique en Grande Bretagne.

- Il obtient son “Diploma of Osteopathy“ en 1990 au British Colledge of Osteopathy. Il y est même reçu major après avoir brillamment soutenu sa thèse.
Il faut préciser qu’à cette époque, pas si lointaine, cette discipline n’avait sa légitimité et son enseignement universitaire qu’Outre-Manche. Depuis les dernières réglementations prises par la gouvernement en 2002, il en est de même en France.

- Il devient alors membre du Registre des Ostéopathes de France. Toujours soucieux de transmettre son savoir et son approche particulière à un plus plus large public, il dispense de nombreuses formations et conférences sur le thème : - auto-prévention ostéopathique du dos.
Il intervient tant dans les milieux hospitaliers de l’Assistance Publique, que dans de grandes entreprises en France. Il participe aussi à de nombreuses conférences à l’étranger. C’est dans ce cadre qu’il enseigne ponctuellement aux USA.

Mais cette activité s’ajoute bien sûr au cabinet d’ostéopathie qu’il a monté au sein d’un important groupe médical.

Une nouvelle aventure se dessine alors pour Pascal Pilate. On fait appel à lui pour créer en co-association le CEESO, le Collège Européen d’Enseignement Supérieur de l’Ostéopathie. Il y occupe un double poste, celui de co-directeur et d’enseignant pendant deux années. S’occuper à la fois de la direction d’un collège et d’un cabinet d’ostéopathie n’est pas toujours facile. Il privilégie l’ostéopathie en cabinet libéral. Le Collège existe toujours et a prospéré. C’est devenu un “Temple de l’ostéopathie” avec quelques autres établissements.

Mais c’est mal connaître Pascal Pilate que d’imaginer qu’il allait s’arrêter là. Il fut contacté par la PGA. C’est l’Association des “pro” de golf. Avec d’autres spécialistes des techniques d’approches corporelles et mentales pour les sportifs de haut niveau, il a travaillé à l’encadrement de ces champions. Dans le cadre de cette expérience, il a même inventé un nouveau type de lombostat avec un ami biomécanicien renommé. Un brevet a été déposé. Le prototype n’a malheureusement pas encore trouvé de fabriquant. Mais ce n’est qu’une latence provisoire.
Vous l’avez compris ! Il est difficile de faire un portrait de Pascal Pilate peu formel mais toutefois complet.

Pèle-mêle. Il a participé à différents jurys d’examen. Il a été nommé à la Chambre Européenne des Experts et Conseillers Techniques. Dans sa volonté de transmettre son approche personnelle sur la prévention ostéopathique, il a écrit deux livres.

• “Le guide de vos articulations” publié aux éditions Belin en 1986 avec une préface du Professeur de Sèze.

• “SOS dos et Stress”, toujours aux éditions Belin en 1994 et, cette fois, avec une préface de Josette Rousselet-Blanc.

Il a été responsable de rubriques “Santé Forme” tant dans la presse écrite que sur des “radios libres“ comme on disait à l’époque. Il a même un projet pour la télévision, encore en attente.
Il m’a entretenue dernièrement d’une de ses idées à la fois pleine de fantaisie et d’innovation et très intéressante. Il souhaiterait faire des “learn show” ou spectacles didactiques. Sur scène, il présenterait ses “Parades Pilate” pendant que des danseurs mimeraient le mouvement des articulations, des chanteurs illustreraient en musique certains passages majeurs du show, des artistes peintres élaboreraient en direct le décor. Un vrai spectacle ! où divertissement et connaissance se marieraient en une nouvelle forme de spectacle. J’ignore si cette super production verra un jour la lumière des sunlights, mais cette idée me paraît suffisamment drôle pour la rapporter.

Il a repris dernièrement des fonctions d’enseignant en ostéopathie.

Le CV de Pascal Pilate est riche de plusieurs pistes.
- Sa pratique lui assure la reconnaissance des professionnels.
- Son sens de la pédagogie et sa volonté de partage lui offrent des opportunités en milieu médical.
- Sa volonté de toujours mieux soigner et sa créativité lui ouvrent des voies multiples. Ainsi, il crée un principe non plus uniquement préventif mais qui se veut aussi curatif. Ses techniques empruntent alors leurs sources aux diverses manœuvres ostéopathiques, au stretching, au do-in, à la relaxation, à la kinésithérapie... qui vont permettre à chacun de s’entretenir facilement après une séance dans son cabinet ou dans la vie courante. Il a ainsi créé la POP - Prévention Ostéopathique Pilate - dont vous trouverez l’essentiel dans les pages de cet ouvrage à travers les “Parades Pilate”.

- Mais je vous le disais, Pascal Pilate est plus qu’un ostéopathe consciencieux. Ses talents multiples se répondent les uns les autres.
Lorsque vous arrivez dans son cabinet, vous n’entrez pas dans une salle froide et déshumanisée. Vous pénétrez dans une pièce agréable et chaleureuse. Meublée avec originalité car Pascal Pilate est un artiste qui va jusqu’au bout de ses œuvres. Il a dessiné ses meubles et les a créés pour vous accueillir. Pour que vous vous sentiez en harmonie avec la Beauté. Il lui suffit d’insuffler une note de musique douce et déjà, vous pouvez “souffler”.
Tout concourt à votre bien-être. Même souffrant, vous savez que vous pouvez imaginer en toute confiance que votre souffrance va être levée. Il vous accompagne dans cette sortie du tunnel assombri.

Pour vous mettre dans la confidence... Pascal Pilate est aussi peintre, dessinateur, designer, créateur pluridisciplinaire en somme, à ses moments perdus. Il manie la couleur avec brio, il croque les formes avec souplesse, il plante la structure d’un tableau ou d’un objet avec justesse. Il manie le crayon ou le pinceau pour se détendre après une dense journée de travail. Ou bien encore.... Il écrit. Pour se “ressourcer”.
Je sais qu’il a déjà écrit plus de six pièces radiophoniques. Je vous le confirme, j’ai rarement rencontré un personnage aussi créatif que lui. Il est toujours en train d’imaginer un nouveau “quelque chose“. C’est un artiste.

Il est à “l’écoute”. Il vous écoute parce que vous lui décrivez avec vos mots les symptômes, les douleurs ressenties mais surtout il vous écoute avec ses doigts.
Lorsqu’il vous demande de vous mettre debout et qu’il scrute votre dos, il vous écoute à sa façon; avec ses doigts qui, doucement, se posent là et encore là, où vous avez mal.
Ses mains qui, ensuite, vont agir sur vos douleurs, toujours en “écoutant” vos réactions sensibles. Sans jamais vous faire souffrir car c’est le principal mot d’ordre de l’ostéopathie.
Il vous transmet son énergie lorsque la vôtre faiblit. Il vous répare lorsque vous êtes “cassé”. Il vous stimule lorsque votre moral est en berne parce que vous souffrez. Il vous repose lorsque vous êtes une pile électrique en surcharge. Il vous relance si vous étiez en panne.
Lorsque j’ai questionné des patients de Pascal Pilate, la liste des “réparations” semble incongrue à qui ne connait pas encore les bienfaits de l’ostéopathie. Mais ces derniers ne font que conforter tous ceux qui font appel à Pascal Pilate et le “suivent” au fil des ans.

J’aimerais, puisque cette tribune libre m’est donnée, insister sur le fait que Pascal Pilate est un père extraordinaire, un ami précieux comme on n’en fait plus et que son professionnalisme est à saluer chapeau bas.
Si vous avez la chance de consulter cet ostéopathe de talent, vous acquiescerez, j’en suis certaine !

 


Hélène Caure

Haut de page Haut de page ^